The curse

« Gagner peut être la pire des malédictions… »

The-curse

Résumé.

Fille du plus célèbre général d’un empire conquérant, Kestrel n’a que deux choix devant elle : s’enrôler dans l’armée ou se marier. Mais à dix-sept ans à peine, elle n’est pas prête à se fermer ainsi tous les horizons. Un jour, au marché, elle céde à une impulsion et acquiert pour une petite fortune un esclave rebelle à qui elle espère éviter la mort.  Bientôt, toute la ville ne parle plus que de son coup de folie, Kestrel vient de succomber à la « malédiction du vainqueur » : celui qui remporte une enchère achète forcément pour un prix trop élevé l’objet de sa convoitise.

Elle ignore encore qu’elle est loin, bien loin, d’avoir fini de payer son geste. Joueuse hors paire, stratège confirmée, elle a la réputation de toujours savoir quand on lui ment. Elle croit donc deviner une partie du passé tourmenté de l’esclave, Arin, et comprend qu’il n’est pas qui il paraît… Mais ce qu’elle soupçonne n’est qu’une infime partie de la vérité, une vérité qui pourrait bien lui coûter la vie, à elle et à tout son entourage.

Gagner sera-t-il pour elle la pire des malédictions ? Jeux de pouvoir, coups de bluff et pièges insidieux : dans un monde nouveau, né de l’imagination d’une auteure unanimement saluée pour son talent, deux jeunes gens que tout oppose se livrent à une partie de poker menteur qui pourrait bien décider de la destinée de tout un peuple.

Mon avis.

Quand je suis tombée sur ce roman dans ma librairie, j’ai, pour une fois, fait une chose que je ne fais que très rarement, c’est-à-dire acheter le livre sans lire le résumé de l’histoire et juste parce que j’avais flashé sur sa magnifique couverture. Je la trouve vraiment sublimissime et ne me lasse pas de l’admirer… En rentrant chez moi, ma curiosité a repris le dessus et, en lisant enfin le résumé, j’étais plutôt contente de mon choix. Malheureusement ce roman m’a pas mal déçu et je suis complètement passée à côté de l’histoire.

Dans ce roman, nous allons faire la connaissance de Kestrel, une jeune fille de 17 ans qui a déjà, malgré son jeune âge, un choix assez crucial à faire et qui déterminera son avenir… S’enrôler dans l’armée ou se marier. Seulement, à 17 ans Kestrel n’a aucune envie de faire ce choix et d’ainsi se bloquer d’autres opportunités.
Un jour, lors d’une de ses promenades au marché, elle achète sous le coup d’une impulsion et pour une petite fortune, un esclave.
Son « acquisition » va rapidement se retourner contre elle et Kestrel est loin, très loin d’avoir fini de payer son geste.

En commençant ce roman qui m’avait l’air plutôt sympathique, je m’attendais à une histoire haletante, pleine de rebondissements, de retournements de situation, de coups bas, de trahisons et j’en passe, je n’ai malheureusement pas retrouvé tout cela dans ce roman ou du moins pas comme je l’espérais.
L’histoire est plutôt pas mal, mais je l’ai trouvé assez longue à démarrer et je me suis vraiment ennuyée sur les 200 premières pages, j’ai trouvé que l’histoire manquait vraiment de rythme et que le tout était un peu mou.
La deuxième partie est certes plus rythmée, mais là encore ça retombe vite comme un soufflé pour redevenir assez plat.
L’histoire en soit n’est pas mauvaise du tout, bien au contraire, mais je pense qu’elle n’a tout simplement pas fait mouche avec moi, d’où ma déception et ma lecture difficile.
Le style de l’autrice (ou la traduction) ne m’a pas plus convaincu que ça non plus et n’ai finalement pas vraiment adhérer à son univers tout simplement.

Les personnages quant à eux ne m’ont pas vraiment emballé non plus,
Kestrel annoncée comme une jeune fille très stratège et joueuse hors pair, ne m’a pas vraiment convaincu. Je trouve que ses qualités ne sont pas assez mises en avant et ne lui font pas vraiment honneur. C’est une fille plutôt gentille, mais ça s’arrête là pour moi.
Arin, l’esclave acheté par Kestrel est lui bien plus stratège qu’elle (du moins, c’est mon avis) et je dois admettre que son bon fond a joué en sa faveur à mes yeux, mais là encore ça s’arrête là.

En résumé, un roman qui ne m’aura pas vraiment séduite, mais ça reste une question de goûts personnels. Il a d’excellent avis sur internet alors surtout, s’il vous tente n’hésitez pas à vous faire votre propre opinion, car je fais vraiment partie d’une minorité 😉.

Autrice   : Marie Rutkoski
Éditions  : Lumen
Catégorie : Jeunesse / Fantasy
Pages     : 456

 

Publié par

Grande dévoreuse de livres, tout y passe du thriller bien prenant au livre de spiritualité. Avec un bon chocolat chaud et en mangeant des clémentines, c'est encore mieux.

2 commentaires sur « The curse »

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s