Proxima du centaure

Je n’ai qu’un mot à dire… pépèze.

Proxima-du-centaure

Résumé.

« Je l’appelle Apothéose parce qu’il n’y a aucun prénom logique à lui mettre sur le visage. Je la klaxonnerai avec ma tête jusqu’à ce qu’elle se retourne. Un jour, elle me dira son vrai prénom, à l’oreille, elle le prononcera avec le souffle. Son souffle réveillerait un mort. En attendant, de là où je me trouve, je kiffe à fond dès que je pense à elle. »

Tous les matins, Wilco regarde Apothéose passer sous sa fenêtre. Jusqu’à ce qu’un jour, il se penche tellement qu’il tombe.

Mon avis.

Honnêtement, je crois que je ne me serais jamais attardée sur ce roman s’il n’y avait pas eu autant de communication autour de sa sortie et ça aurait été vraiment dommage. Premièrement, parce que je n’avais jamais lu un livre au style aussi singulier,
deuxièmement, parce que j’ai passé un excellent moment de lecture plein de douceur et
troisièmement, parce que c’est une histoire aussi bouleversante que magnifique.

Dans ce roman, nous allons faire la connaissance de Wilco, un jeune garçon comme tant d’autres, très très amoureux d’une fille de son école dont il ne connait finalement pas grand-chose, qu’à cela ne tienne il l’appellera Apothéose. Un jour, alors qu’il la suit du regard lorsqu’elle passe au pied de son immeuble il se penche un peu trop et tombe du cinquième étage.

Tout au long de cette histoire, nous allons être plongés dans la tête de Wilco, qui se retrouve en quelque sorte prisonnier de son propre corps suite à son accident, nous allons voir la vie au travers de ses yeux, avoir accès à toutes ses pensées, mais aussi à ses rêves qui oscillent souvent entre fantasme et réalité. Le style de l’autrice tout en douceur, très poétique, sublime et à la fois assez singulier, sert ce roman contemplatif à merveille.
Si vous recherchez des sensations fortes et des rebondissements en série vous ne les trouverez pas ici, en revanche vous y trouverez une magnifique histoire bouleversante d’humanité qui va vous faire, tour à tour, sourire, espérer et pleurer. Ce petit roman est un condensé d’émotions, tout en finesse et qui une fois fini, vous trottera encore dans la tête pendant un bon bout de temps.

Les personnages y sont extrêmement touchants, attachants et vivre ces quelques 223 pages en leur compagnie ne vous laissera certainement pas de marbre. J’en suis ressortie bouleversée et vraiment très nostalgique.

En résumé, un roman bouleversant, poétique à souhait et sublime sur un sujet difficile et délicat, mais magnifiquement bien traité.

Autrice   : Claire Castillon.
Éditions  : Flammarion Jeunesse
Catégorie : Jeunesse
Pages     : 223

 

Publié par

Grande dévoreuse de livres, tout y passe du thriller bien prenant au livre de spiritualité. Avec un bon chocolat chaud et en mangeant des clémentines, c'est encore mieux.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s