ADN

Un thriller captivant, un meurtrier très créatif…

ADN

Résumé.

Elisa Bjarnadóttir méritait d’être punie. Elle devait payer. Mais quelle faute pouvait justifier une telle violence ? On vient de retrouver la jeune femme à son domicile, la tête entourée de gros scotch, exécutée de la façon la plus sordide. L’agonie a dû être atroce. Sa fille de sept ans a tout vu, cachée sous le lit de sa mère, mais la petite se mure dans le silence. Espérant l’en faire sortir, l’officier chargé de l’enquête se tourne alors vers une psychologue pour enfants. C’est sa seule chance de remonter jusqu’au meurtrier. Ce dernier n’a pas laissé de trace, juste une incompréhensible suite de nombres griffonnée sur les lieux du crime.
Alors que les experts de la police tente de la déchiffrer, un étudiant asocial passionné de cibi reçoit à son tour d’étranges messages sur son poste à ondes courtes. Que cherche-t-on à lui dire ? Sans le savoir, il va se retrouver mêlé à l’une des séries de meurtres les plus terrifiantes qu’ait connues l’Islande.
Avec ce roman addictif et glaçant, au dénouement inattendu, Yrsa Sigurdardóttir confirme son statut de reine du polar islandais.

Mon avis.

On m’a offert ce roman il y a un petit moment maintenant et même si j’étais très contente de le recevoir et que le résumé me tentait énormément, je n’ai pas pu m’empêcher d’être un chouïa déçue quand j’ai vu qu’il était traduit de l’islandais. Alors, en soi je n’ai absolument rien contre l’Islande et ses habitants, mais j’ai immédiatement repensé au roman de Jo Nesbo, Le bonhomme de neige, qui m’avait laissé un souvenir assez mitigé. J’avais en effet eu beaucoup de mal à entrer dans l’histoire à cause des personnages aux prénoms norvégiens que je n’arrivais absolument pas à retenir, du coup, je n’arrêtais pas de me mélanger les pinceaux et suis passée complètement à coté de l’histoire. J’avais donc peur qu’avec ce roman, je rencontre exactement le même problème et heureusement, ça n’a pas du tout été le cas et j’ai même beaucoup aimé cette lecture.

Dans ce roman, nous allons faire la connaissance d’Elisa Bjarnadóttir, une jeune femme sans problème et qui a apparemment  tout pour être heureuse. Malheureusement pour elle, elle sera la première victime d’un meurtrier au mode opératoire très glauque et assez original. Avant de prendre la fuite ce dernier n’a laissé pour seuls indices qu’une suite de nombres incompressible et sans le savoir, un témoin inattendu, en la petite fille de la victime qui était cachée sous le lit lors de l’exécution de sa mère. Alors que la police commence à enquêter et que la petite fille se mure dans le silence, une autre personne va se retrouver mêlée, malgré elle, à cette série de meurtres, en recevant à son tour des messages codés sur son poste à ondes courtes.
Que cherche-t-on à lui dire ? Que veut ce tueur ? Et pourquoi tue-t-il ces personnes en particulier ?

J’ai vraiment beaucoup aimé cette lecture qui est à la fois très captivante et qui fait en même temps, véritablement froid dans le dos.
En effet, après un petit chapitre d’introduction, l’autrice nous plonge directement dans son histoire avec le meurtre de la première victime, ce qui en plus de nous mettre directement dans le bain, nous donne aussi le ton de ce roman et croyez-moi, ça remue, car en plus d’être complètement timbré (comme tous les meurtriers), celui-ci a une petite originalité supplémentaire qui change en fonction de ses victimes… Sa manière de tuer, qui est originale certes, mais aussi très glauque et mieux vaut avoir le coeur bien accroché.

Mis à part ce petit détail, je trouve que l’histoire en elle-même est très bien menée, addictive et assez palpitante. Les chapitres s’alternent entre l’enquête de police, les meurtres et l’étudiant qui essaye tant bien que mal de comprendre l’origine et la signification des messages qu’il reçoit. Cela apporte un certain pep’s à l’histoire et évite qu’il y ait un peu trop de longueurs dans le récit. Je ne me suis, pour ma part, pas ennuyée  une seule seconde lors de ma lecture et cette fin m’a littéralement achevée. Je n’arrive toujours pas à y croire et si vous êtes comme moi, vous risquez de la relire deux ou trois fois, parce que, pour être tordu, c’est tordu, mais dans le bon sens du terme.
Le seul petit point un peu négatif que j’ai pu relever dans ce roman vient du fait que les réactions de la petite fille, témoin du meurtre de sa maman, ne correspondaient pas vraiment à son âge. En gros, elle parle comme une adolescente et n’a que 7 ans, mais franchement ça reste un détail.

Les personnages quant à eux ne sont pas spécialement attachants, mais ils sont plutôt bien campés et assez crédibles. Il n’y en a pas énormément ce qui m’a grandement facilité la tâche, parce que même si les prénoms n’étaient pas aussi compliqués que dans le roman de Jo Nesbo, ça reste des prénoms islandais…

En résumé, un très bon thriller, captivant et glaçant qui se démarque par la façon de procéder très originale du meurtrier. J’ai vraiment passé un très bon moment de lecture (si je peux dire ça sans passer pour une psychopathe) et je suis plus que ravie d’avoir pu découvrir ce roman.

Autrice   : Yrsa Sigurdardóttir
Éditions  : Actes Sud
Catégorie : Triller
Pages     : 413

Publié par

Grande dévoreuse de livres et blogueuse en herbe, je suis aussi une maman chat comblée et une grande gourmande.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s