Cut the line

« Ne franchissez jamais la ligne… »

Cut-the-line

Résumé.

💔 Il est mention de viol en réunion dans ce roman, donc si vous êtes sensible à ce sujet, faites attention.

« Le flanc de la carlingue, vulgaire boule de flipper, percuta un monticule rocheux qui dévia sa course. Le cockpit sans vie rencontra enfin un amas rocheux et s’y brisa. Et puis tout s’arrêta. Pendant quelques secondes, l’écho garda le souvenir du calvaire de l’oiseau de fer. Une sorte de vibration dans l’air glacé se répercuta de sommet en sommet. Et puis bientôt plus aucun cri, plus aucun souffle. Plus rien. La montagne un instant dérangée referma ses griffes sur le DC-3, en provenance de San Domingo, à destination de Buenos Aires. »

Cinq jeunes musiciens sont les seuls rescapés d’un crash dans la cordillère des Andes. Coupés du monde, ils doivent, pour survivre, endurer le froid, la faim et le découragement. Sans oublier les démons du passé qui, réveillés par le dénuement et la peur de mourir, viennent les hanter. Mais l’ennemi ultime sera peut-être cette frontière infime qui sépare la raison du vertige, l’amour de la haine, la vie de la mort. Dès lors, une seule loi : ne pas franchir la ligne pour ne pas sombrer dans l’abîme. Don’t cut the line.

Mon avis.

Lu dans le cadre du Cold Winter Challenge 2019 – 2020 pour le menu « Marcher dans la neige », on peut dire que niveau neige et grands espaces on est plutôt bien servi dans ce roman, et en plus il est très sympa, alors que demander de plus…

Nous allons ici nous retrouver dans un thriller jeunesse où les montagnes et la neige sont à l’honneur, et franchement, il n’y a pas un chat aux alentours pour tenir compagnie à nos cinq pauvres rescapés… ou plutôt si, il y en a un, mais ça, c’est autre chose…
Nous allons donc faire la connaissance de cinq jeunes musiciens et d’un chat, qui vont se retrouver totalement seuls face à leurs peurs, leur solitude et leur découragement, suite au crash d’avion qui devait les ramener chez eux.
Ils vont devoir dès lors, mettre tout en oeuvre pour survivre en attendant les secours, mais ces derniers vont-ils seulement arriver, alors que le pays qu’ils viennent de quitter est en plein bouleversement politique… rien n’est moins sûr…

J’ai vraiment beaucoup aimé ce roman prenant et émouvant à souhait, qui va, selon moi bien au-delà d’une simple histoire de survie et de crash d’avion en nous embarquant dans un récit très psychologique, que j’ai personnellement trouvé très bouleversant.

Le côté introspectif de l’histoire est en effet particulièrement réussi et honnêtement, on se croirait presque avec les rescapés, sur cette montagne, et il est vraiment très difficile de ne pas souffrir pour eux. C’est assez difficile, noir, il n’y a quasiment aucune étincelle d’espoir, et quand à tout cela s’ajoute en plus des personnages forts, qui en ont pas mal bavé par le passé, mieux vaut ne pas lire ce roman quand on a un petit coup de mou… et ce, même s’il reste très addictif et qu’il traite de beaucoup de sujets très intéressants et différents, tels que, l’amour, l’amitié, la mort, les violences domestiques, la violence dans les cités, de maladie, de pauvreté, de différence de classe, de politique, et j’en passe…

Bref, comme vous pouvez le constater, on est bien au-delà d’une simple histoire de survie et ce point fort et aussi un point qui m’amène malheureusement à une petite déception quant à la fin… l’auteur prend en effet le parti de faire évoluer son histoire vers quelque chose d’un peu différent, que j’ai personnellement moins apprécié. Quelques détails m’ont en effet un peu dérangée et j’aurais vraiment préféré que l’histoire reste dans la même veine du début à la fin, mais ça reste une question de goût…

Concernant les personnages, je les ai tous trouvés extrêmement intéressants, bien campés, attachants et vraiment bien travaillés du point de vue psychologique. Chacun d’eux traîne en effet ses propres casseroles, souffre pour une raison ou une autre, et une chose est sûre, le crash ne va rien arranger.

En résumé, un roman, qui mon à sens, tient plus du drame que du thriller, mais qui se trouve être extrêmement intéressant, prenant et émouvant au possible et ce, malgré une fin un peu moins à mon goût. En tout cas, il y a de la neige, beaucoup de neige, la nature est très présente, les grands espaces immenses, donc petit carton plein pour valider le menu « Marcher dans la neige » du Cold Winter Challenge.

Auteur    : Pascal Ruter
Éditions  : Actes Sud junior
Catégorie : Jeunesse / Thriller
Pages     : 480
Ma note   : ★★★★☆

Publié par

Grande dévoreuse de livres et blogueuse en herbe, je suis aussi une maman chat comblée et une grande gourmande.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s